In the nervous light

description courte?

28.12.05

Des fois j'fraye chemins et j'ai l'nez qui pique, montre le ciel et son barda le ciel qui m'gerbe sur la face.
Des fois j'colle mon nez contre la vitre et j'ai la peau qui colle j'ai la main qui crame et qui bave sur la vitre pourtant j'arrete de taper dessus, pourtant j'arrete de m'asseoir verglas au bord de la chaussée parce que les phares m'répondent jamais quand j'leur parle ils savent pas c'qu'ils ratent j'leur raconterai des histoires de princes qui égorgent des princesses et qui s'tapent les sorcieres dans les autocuiseurs.
Des fois j'regarde les notes et j'comprends plus rien, maint'nant c'est trop tard j'ai la main rude et elle s'applatit plus sur le bois. Alors j'fais semblant sur mon tabouret mais mes levres sont serrées ils ont arraché ma voix avec mon papa.
Des fois mon stylo coule sur mes ongles, j'colorise mes bosses et j'ai des gros trous noirs sur les lignes la vieille qui prédit a rien dit ce jour là j'ai foutu mes clopes au feu et on a attendu le karma mais il s'est jamais pointé et la vieille m'a regardé blanc d'oeuf cru dans les yeux et elle m'a jettée dehors. Alors j'ai trainé un moment et puis j'me suis résignée, j'ai foutu l'feu a sa 206 parce qu'elle faisait trop la maline derriere la boite aux lettres.
Des fois j'regarde toulouse la nuit mais c'est pas beau comme ils disent tous, on dirait des yeux de cadavres qui te parlent et qui clignottent, moi j'ai peur des morts et j'aime pas quand ils racontent leurs vies ça laisse des froids.
Alors, parfois je me regarde et je me dis que j'ai bien de la chance, j'aurais pu naitre asphalte, mais j'suis née plastique j'me modèle pas mais un jour quelqu'un m'passera du feu et j'arriverai à fondre comme un magnum sur la plage et j'pourrais couler partout personne dira rien.

Queens of the stone age - mosquito song

Posté par sucrine à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire