In the nervous light

description courte?

27.01.06

           J'aurais voulu arrêter d'm'forçir à t'avaler tout cru et tes tristes couteaux finissent toujours par m'encercler, m'lacérer poitrine qui siffle quand j'essaye de t'occulter poumons qui s'filent en douce aiguille à m'tricoter visage j'suis pas copie conforme j'ai juste regard qui pointe les soirs où j'te relis j'accuse avec foi ce que nous sommes.J'crèverais bien à ta porte pour t'voir t'démembrer que tu m'enterre sous la piscine où ça fait longtemps qu'tu m'as noyée avec tes poings... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 13:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]

25.01.06

Et de toute façon j’serais réincarné en vache, j’l’ai lu, j’le sais.

20 doigts pour creverie X est rat. L'coupe ongle m'a serti serre caboche au monde gris j'voulais pas qu'on m'regarde chialer cuvette lissée.Parce que l'valium à vallée dans mon gosier j'm'endors j'm'anore et j'ai la main qui tremble parce que j'ai la mort qui m'pend piercing naseau on devrait m'y accrocher que j'vous dise a tous mort mort mort j'ai r'tourné la croix comme on fait avec blanco et levres.J'ai écrit sang-ctuaire vestiaires la mort est la plus belle et trois notes de poésies bestiaire j'étais fière j'me suis bouffée... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23.01.06

By A.Bavari Les mains s’étaient comptées en trois notes de pluies en arrière du décor l’une avait le voile en tirade histoire de parler au vent molle d’écume céleste, l’autre avait juste un morceau de temps tourné à l’envers pour résumer les affres du monde écroulant petit à petit l’eau enragée. Il n’y avait pas d’épées à leurs jambes claquantes d’effroi lorsqu’à l’horizon, la vie semblait s’approcher, pas de lames acidulées pendantes à chaque recoins, l’une de l’autre incapables d’ouvrir les... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 12:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
22.01.06

By Philippe Getaz J'donne peu j'reçois tout et avec ça mes chèques creve la fin s'décochent m'crachent m'arrachent et j'attendrais bien d'vant portes qui claquent les soirs d'hivers qui rendent que dalle quand tu r'garde intensivement j'voudrais en faire du mou gober cils et attacher mes mains autour de son cou et j'ai du fil éclectique derriere l'oreille j'crame-asse et j'aurais bien du mal a vous décrire ce que je.Et j'erre chaussette sale gosier sec c'est tres complaisant, voyez vous tres complaisant et j'nage merde à tuer... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15.01.06

Ne me demande pas pourquoi.J't'aspirine, et j'te bois d'paroles et quand il s'agit de comprendre, quand il s'agit d't'affronter j'me fais oreille et j'attends et j'suis obligée d'vomir quand j'sourit que cela nous tienne en vie j'te garde et j'te convoiterais monde sans mièvreries j'bave mais pourquoi tu m'subis. Et j'enPerdsLeMot.
Posté par sucrine à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14.01.06

Il faudrait nous exténuer et briser l'atome crochu à grands coups de faux semblants,  et s'prendre la main derriere l'décor j'me déboiterai pour m'accrocher derriere ton écoutille et t'chuchoterais toutes les.Toutes les,  j'm'avale toute seule quand j'nous pense, et il faudrait m'enfermer.Et tu t'cadenass'rais et on f'rait marelle et jeux à pendre mais de toute façon c'est UTOPIE et j'décompte déjà, D'UN de deux, de trois,  j'm'vautre matelassée comme dans la merde, et j'regarde plafond en f'sant genre j'REVE j'pense... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 22:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11.01.06

Ode à W.

Y'a pas si longtemps, j'me suis demandée si quand tout ça serait fini j'arriverais quand meme à t'occulter.Et j'ai toujours pas trouvé l'bout d'tout ça j'écoute les petits agneaux que tu faisais chanter et moi prête à t'ramper sous l'masque que j'aurais jamais compris.Hier c'était fini, pourtant.Il y a toujours un Sordide avec toi.Et j'arrive pas à t'embellir le temps n'y fait rien j'te et tu m'meurs.Et tu t'es suinté tout seul c'jour là et j'regardais lampadaires luire bandes maladives m'former ton nom et toi qui et toi qui.Et tu... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
10.01.06

On r'ssemblait rongeurs qui s'cachent entre deux feuilles et toi tu et j'avais l'oeil hagard tes mains saccadées m'auraient elles saccagées et j't'aurais empeché l'air d'te voler à moi et toi tu.Faut qu'j't'exorcise déja et qu'tu m'entende entre quatres yeux.Mon artère enfle tellement qu'elle bouffe toute la place ici il brûle de. Au risque de t'en déduire, j't'attribue jamais je n'fais qu'classer l'horreur par ordre.Et tu m'varie j'me fais sordide et la chaleur reste au matin, et tu t'frais mien et j'm'endoliris'rais neige et on... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07.01.06

J'voulais dire : vraiment, on se s'rait prises par les boutures et on aurait cisaillés les crises et les foisonnements.On m'snobe l'tocsin et j'alimente par bouts d'bras l'feu qui crame mon crâne et on m'marche dessus pourtant j'te tue quand j'te mire et eux eux eux ils marchent comme des laches thés. Et tu m'tue parce qu'j'sais pas quoi t'dire : j'sais pas t'aimer et on m'somme d'te carrer.
Posté par sucrine à 21:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
04.01.06

J'croyais qu'en t'buvant tu partirais pour toujours pourquoi mon coeur et t'es restée là à me regarder bat il si vite t'espérais que j't'adresse qu'ai je donc en moi mais j't'ai postée à la volée qui s'agite  et t'es jamais ressortie de moi dont je me sens épouvantée j'ai tout éteint mais j'te voyais quand meme ne frappe t-on pas à ma porte ? alors j'me suis crevée jusqu'à l'oeil pourquoi ma lampe et tu m'as enfin desertée mais quand j't'oulblie c'est pire à demi morteTu m'vahis et on t'félicite m'éblouit elle de clarté ?... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]