In the nervous light

description courte?

31.05.06

about : blank (ou la complainte de la feuille morte/ vierge.)

J’ai peu de temps pour laisser vomir mes folies qui s’en soucie ? Mes minutes sont des paillettes d’or j’intrigue et l’on me gratte, j’ai du mord dans l’âme et du noir aux coins voyez vous je ne sais pas ce qui va m’arriver mes cœurs sont sans blancs, brisez, déchirez, faites ensemble, faites en somme l’ode au vide de mes lignes. Je suis cadavre, exquise pour les maux je croque et j’avale, j’aimerais tant qu’on me trimballe, qu’on me laisse voler à souhaits et me froisser sans bruits, que l’on essuie mes larmes sur mes... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 15:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23.05.06

"j'ai 14 ans et je tombe en poussière"

J'ai plus d'idées des milles et unes images de ma tête cabossée ne restent que l'âge imparfait d'ici demain la vie est eteinte mes murs brisés SAUPOUDREZ DE SEL QUE J'AGONISE et des milliards de crèveries plus loin m'encercler de toute part je n'ai le bras que trop lourd sous la pluie l'infame fioriture de monnon-être je ne suis que l'image d'un vide enfuméet mes joues se font longues et ma vie coule à peine crevez donc à souhaits que je vous dise qui vous etes.Et demain déja le ciel me vole tout et demain dejà le temps pisse... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21.05.06

On our road movie In our losted virginiaAnd my heart which beatting. "My sunday of love" J-40
Posté par sucrine à 19:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16.05.06

Yesterday.

Was about 4. 4 meses. " I'm caught in the grip of the city, madness"
Posté par sucrine à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15.05.06

.
Posté par sucrine à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10.05.06

by b.alazraki Fat girl, Small life & minuscules thoughts.
Posté par sucrine à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08.05.06

Sous les pavés, le peuple hérissant et milles pas plus loin nous vous retournons encore, nous vous revoyons sans cesse grouillant sur mille places, sur mille taudis à vous targuer d'etre en nombre, ce n'est pas de l'apnée bourgeoisique mais pire encore.A vous marcher sans cesse j'ai appris à voiser vos cris et vos mains perdues, vos vantardises et vos sourires volcaniques, à ne plus m'en gonfler d'effroi j'ai à peine eu le temps de vous adoucir au regard qu'il fallait deja que je parte.Alors sans mot dire, plus de places perdues, plus... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]