In the nervous light

description courte?

31.07.06

anNONce

J'ai l'os lividele coeur palit d'effroiles mains fragilesle sang acidequelques fois je m'égare, je m'hasarde, je prends quelques couleurs sur ma peau et je fais de moi UNE AUTREj'hôte en moi l'ombre de mes inexistantesalors je vous en supplieREPONDEZ MOI, OU DITES MOI NONLes silences brisent tous mes éclats.
Posté par sucrine à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30.07.06

#6.6.6.6.6.6.6.6.6.6.6

I'm a girl with/out nothing.
Posté par sucrine à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30.07.06

she's cold as night

Ma bretagne est une musique. Elle se chante pendu sur les rochers, se hurle assoiffé d'hiver, et s'écoute sans fin, partout, à des milliards d'années lumières plus loin on l'entend murmurer : il suffit de tendre oreilles et mains pour l'attraper et l'ensevelir au fond.Quelques notes parsemées d'insouciance, respirant passé et suites. Un piano un cri et des rires des joies d'antan des poussières de pensées.J'aimerais la garder une bonne fois pour les autres l'embrasser au coeur et la garder près encore plus près;le temps s'y jette sans... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 22:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24.07.06

do or die

J'aimerais être une ébauche un semblant dégrisé par le tempspar la pluie et par l'être, un début un cri une esquisseune finalité commencée un baiser imaginéavec tout cela je pourrais danser sur les erreurs et le FAUX,que je m'évertue à prôner, glisser sur tout celaposer mes pieds sur glace et laisser faire laisser se briser les fausses notes, les mots aigrisEt sans aucune grâce enfermer tout cela comme dans ma boite videet regarder s'asphyxier colère et REMORDS. - Quand nous fermerons les yeux, oublierons nous les âmes perdues ? -... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19.07.06

sucr(ac)ide

Au-delà des longs jours passés à regarder le temps s’effriter en nuages volatiles, nubile perte d’antan, au-delà des songes interstices, je préfère absorber air marin, air serein et faire COMME CI, car les silences à leurs apogées brisent encore et encore.Au creux du bide, de l’instable profondeur malhabile : je cultive l’ennui, et parfois les mots viennent à faire des faux. Ils jouent seuls, et attendent alors que l’on se penchent vers eux pour s’esquinter contre mes parois grinçantes, ce sont mes yeux qui crissent alors, ils... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19.07.06

Les nuages sont des oiseaux blancs perdus en vol, et trempent leur insuffisance au bout du monde, ne volent qu'en surface et attendent sereinement la nuit pour pleurer sans fin.Ils ont des rides creusées aux joues, des mains abimées qui s'accrochent firmament, ils dansent avec le vent et finissent toujours par s'etreindre, j'aimerais tant les partager.J'aimerais tantpartager.
Posté par sucrine à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17.07.06

#4

Cette nuit j'ai rêvé le toi que j'avais oublié stade mal éclairé rires étouffés puis les grincements les croyances et le sang qui coule j'avais oublié pourquoi 30 de plus 30 de trop tu dois rire grassement t'as pu vider ton venin maintenant j'ai la galle je contamine et je mine.Cette nuit j'ai compris cicatrices enfuies qui réapparaissent et la douleur est toujours là, je me tord, MAIS TU NE T'EN VAS PAS.Cette nuit j'ai revu nuit d'antan, nuit vitriol et la rage est là, improbablement intacte, mais maitenant je repense à tout cela,... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17.07.06

Pob

là où je suis celle que je ne suis pas : http://frigidaire.blogspirit.com
Posté par sucrine à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13.07.06

Compteur : - 2 + 1 et des tonnes de merde dans nos mains.
Posté par sucrine à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13.07.06

Des mots. Blanchis sur brisées pages dansant farandoles esquintées deux par deux TENDEZ LA JOUE QUE JE VOUS CASTAGNE, des mots qui se couchent aussitôt fait sur petits papiers, des mots sucrés, carbonisés, goût chair, goût pisse en lit qui s'avancent front et pullulent marchands d'armes, marchands cauchemards ne se retournent jamais après avoir assassiné.Des mots grinçants, âpres, parfumés gloire enfantine hargne dépecée;Des mots à pâlir, à prendre, à jeter contre sol cadenassé, des mots à-sperger gerricane en rut, à prendre par... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 19:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]