In the nervous light

description courte?

30.09.06

je marche

texte a la dérive après une rencontre silencieuse et transparente j'ai pris à chloé ses oiseaux morts et le temps libres, si fautes, si vides, si tout ça, c'est normal. Je marche. Au fil de la lame, je claironne et souffle sous les respirations. Je marche, et l'autre est mon propos.Je résonne. Je suis l'orgue du temps disponible et le cri de l'oiseau mort. Je marche, j'attends que sonne l'heure, et je cherche le meilleur endroit. Celui qui ne courbera pas le dos, celui qui ne sera pas assez bruyant : la place parfaite. L'endroit... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 19:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28.09.06

J'ai encore trahi ma promesse mais ce n'est pas si grave la rage remonte rengaine (comme tu dis lady) OBLIGATOIRE j'y re passe en trait et je hurle de vide : l'eloge du.pour le coup, parce qu'il parait que je suis illisible, là en dessous, la croute qui suit et la mie-stellaire est juste la triste observation du lambda gens avec qui je vis et qui ne ris que lorsque les rimes sont en -ite.Je suis énervée.Le premier qui me dit méprisante je pense tres sincèrement que je lui brise les deux doigts pour eviter de masturber les cerveaux... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27.09.06

ce long voile d'antan

la nuit. - S'est posée devant la sortie, toujours par là, merci, et j'entends les cris insipides qui s'éloignent encore, réjouissons nous- Est une virgule sans fin je tire le trait en croisé courbé tete de linottes sur les mots, je change la coul(h)eur(e)- Ne vient jamais assez vite, et reste toujours trop peu _ Il parait qu'on voit les planètes telles qu'elles étaient il y a des milliers d'années, alors si on recule un peu est ce qu'on peut revenir sur le passé ? La réponse est :   , _ Mon blog, cette... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 16:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
25.09.06

mal de gorge

La vie coule passe entre les joues, inspirez, et joue avec la glotte au fond de l'impasse, bien sur c'etait ecrit, expirez, et un soupir vaut bien entendu des moments de feu au fond je n'avale pas, je l'ai toujours dit mais ce soir, je l'écris, Je fais un melange secoué sucré qui file dans la joue poisson globe un jour nous feignons,  etET putain ça ne sert a rien de jouer rhétorique j'ai MAL A LA GORGE CAR MA PLUME EST AU FOND DE MON PHARYNX EN BON NOMBRE DE FORTUNAS DEBAUCHEES JAI MAL A LA GORGE  et le temps passe lent... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
17.09.06

100+1 (puis deux, puis dix ?)

Je rêve l'écran domine le mal en profondeur qui ressurgit poignets aiguisés a la lueur journalière le temps a mis le hola, le vrai, et nos doigts crient vermeillent et s'effritent glace et se cachent. Le temps et ses vers et la nuit en prose atténuée, grise à volonté nos mains sur vos levres nous tairons ces souvenirs que nous ne saurions voir et apres c'est l'indifférence qui change tout, justement, l'indifference au PROPRE au pur et meme au beau, l'absence totale de réaction.Et puis, aussi, je ne pose plus, je n'écris plus POUR DES... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17.09.06

Une semaine est passée, puis deux et rien ne s'efface, comprenez le ce n'est pas ma volonté qui joue cette fois.Une semaine est passée, puis dix, puis bientot je rirais de tout ça et j'arreterais de dire : plus que 3 ans plus que 3 ans, parce que dans 3 ans ils seront mort.Une semaine est passée, puis deux, puis dix, un bel inconnu au regard assassin et des rires d'enfantINES rejoignent le pas.Une semaine est passée et nous tournons sans cesse la tete, ouvrons nos yeux pour tellement mieux voir mais la verité semble s'etre accrochée... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 10:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]
11.09.06

avant d'effacer...

... tout d'ici à ici.un seul mot, un seul valant pour tous : DORMIR. tout ce qui suit n'est pas de moi mais d'une artiste a(ci)dulée dansant en mots et en images.. Colette Mazabrard. a disLOCATION (A Self Portrait, chapter III) ("Colette en Inde, chapitre III") …You are here your Ils dorment body is here but you are not here. What I am doing Ils dorment here ? To be here. Does it mean that to be here you need to belong to here ? You are here, your body is here but Ils your mind dorment is always tossing and... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09.09.06

attendez..attendez encore un peu..Que le temps s'enlise, que le temps s'enlace.. Et en attendant que je revienne que je retrouve le sud puisque j'ai perdu le nordEn attendant que l'air se refroidisse, dansons,avant que la nuit ne revienne encore.
Posté par sucrine à 23:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05.09.06

J'attends, je détendJ'improvise puis je dégriseJe transparais et je disparais,alors...EMBELLISSEZ MOI
Posté par sucrine à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]