In the nervous light

description courte?

11.09.07

11 septembre et j'y ai même pas pensé.

Offrir du néant est devenu plus compliqué qu'avant il faut accepter l'autre facette, la corrosive, l'instantanée, qui plante le poignard les beaux soirs d'été il faut accepter adulte nous sommes seules et seul l'interet anime leurs propos il faut balancer dans l'ovaire il te baise mais te regardera toujours haut il faut PRESSER GACHETTE QUAND LE VENIN COULE AU COIN DES CILS TU ES SEULE à parier contre les sots et les sorts j'avance absente sur la raide corde je ne comprends pas je suis seule il faut toujours se tenir droite avant le coup final il faut toujours porter loin regard avant de s'étaler cancérigene sur le sol mais je croyais que tout était moins lourd je croyais voix j'entendis soubresaut je feignis absence mais toujours j'ai ricoché aux pieds des murs & des mots.
A la lettre je per(se)cute, incapable direz vous incapable les sens sont trop aux aguets tu ne comprendrais pas alors tu es toute seule tu n'entendrais pas tu hurlerai si fort que memes les morts ne s'entendraient pas en quiproquo j'ai échappé au malaise alors pourquoi l'agonie se fait elle si lente et non pas témeraire ?
Rendre l'âme avant la chute de loin je l'ai vue se dessiner à la craie blanche le mot a palit FALL FELL FALLEN j'ai frappé au flan le réel et assomé mon estomac à grands coups de lames émoussées j'ai dit vivante avant de vous comprendre j'ai dit debout avant d'entendre la solitude frapper en remous j'ai dit FAUX SEMBLANTS AVANT DE COMPRENDRE A QUEL POINT ILS ETAIENT VOUS J'AI DIT tu ne comprendrais pas, Marion, a fleur tu es tu comprends l'épiderme nous grifferai d'effroi tu comprends Marion TU N'AS JAMAIS LE RECUL NECESSAIRE aux choses et aux autres enfermée tu as brisé l'ampoule avant le déclic final tu ne comprendrais pas et j'ai dit tu ne comprendrais sans esquisse insignifiante j'ai dit tu ne comprendrais pas il te faudrait la matière grise et tu comprends les pathéti-cides ont tout brûlé.
Au fond des choses je ne vous aime pas puisque de toute façon je n'entend pas mon intérieur a forçi à peu près autant que le reste je n'entend rien seules les crécelles m'atteignent j'aurais voulu être carrelage et m'écraser sous votre poids pour au moins vous toucher mais je me suis faite crépit et seules vos écorchures semblent nous rallier.

Posté par sucrine à 20:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire