In the nervous light

description courte?

29.02.08

steal/stole/stolen

Le mal d’être infirme résonne au loin sur les collines brisées, informe, rigole entre les oreilles, sous la nuque, l’absence d’espoir, ricochetant sous quelques notes qui flanchent. Vivre au mieux, le ventre brulant et fissuré, le corps absent, détenu par l’Ohm qui rigolera toujours de le voir se tordre comme un ver.
Crapahuter, voler entre deux airs, au dessus du nuage brut et de cette vie ici, emmaillotée entre quelques soubresauts délétères, ici la conclusion est claire, la vraie ne vit plus depuis tant, et revient avec l’affreux autan.
Comment accepter, dire au monde l’insatiable vrai, l’Eros est mort, le verbe avec, la carcasse est vide depuis tant de temps, la solitude désemparée a pris toute la place, aspirations/inspirations, osciller entre deux vagues de folie, l’une se veut d’industrie et l’autre sincère, mais comment choisir, celle qui ne me tuera pas ?
Au creux des choses git cette douceâtre sensation, la faute était toujours mienne, tout ceci n’est pas arrivé, dans ma tête, face au portrait, il y a toujours le faux, l’impossibilité que toutes ces choses se soient vraiment passées, vous dites viol et j’entendrai toujours velléité.
Survivre donc, entre le réel du dedans et celui du dehors la psychose n’existe pas, l’angoisse est dite non primitive alors vous voyez, je n’ai aucune chance, pas la moindre pour diagnostiquer le mal qui ronge les deux yeux et brouille toute relation possible, au faux j’ai laissé la marge nécessaire, je voudrais tant encore toucher du doigt tous ces mondes qui ne m’existent finalement pas.
Seule a cette chambre et à cette poussière, sous cette lune et ces inavérés faits, avouer l’insipide cruauté ne semble pas plus salvateur que de se faire sauter la cervelle, car toujours cette poursuite qui empêche toute vie à l’extérieur.
Car toujours revient-il, toujours la bêtise d’enfant résonne dans la tête, toujours ce même soubresaut face à l’invisible poison dans les artères ; mais, qui croira, ce que moi-même je n’entends pas ?

Posté par sucrine à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire