In the nervous light

description courte?

13.03.08

et si soudain.

toi et moi n'est que ce vent outragé en surface sans délimiter les bords et il ne reste plus qu'un souffle avant l'orage final, je ne sais pas vivre d'avant toi et encore moins d'après car tu as réveillé vivant chaleur et tendre douceur, mais je te sais en vol, toujours ailleurs, au jour nouveau peut être nous recroiserons nous, mais je sais déjà sans avoir jamais vu l'étincelle au fin fond de tes yeux que je ne serais jamais tienne.
en cil fendu, quelques nuits rêves malhabiles j'aurai tant aimé devenir reine à tes bras et y dormir toujours, du moins jusqu'à l'opéra.
mais les faits sont clairs, tu l'avais dit toi même j'ai voulu jouer, et en si peu de temps j'ai déjà brûlé les ailes, déjà abandonné l'espérance ne serait ce que de te voir. Pourtant j'aurais aimé t'aimer et te briller à milles feu dormir petite dans tous tes creux mais puisqu'il ne se peut, jamais te trouver et encore moins t'embrasser ne me reste que les draps bafoués, les mains salies et le coeur en ritournelle, ne me reste déjà qu'un souvenir et le temps nous avale déjà.
Et si jamais l'instant venait à pâlir autant que cette princesse illuminée que tu as, seul, dessiné, et si jamais le corps se voulait ainsi offert, qu'aurions nous à nous dire puisque tu jettera sans remord abandon au coeur de ma respiration. Qu'aurions nous à faire, puisque nous ne pouvons aimer, puisque tout ceci se veut mascarade débonnaire.
Et si soudain, mon coeur venait à se briser encore, et que tu scanderais faux et inimaginable, et si en un seul sursaut tout revenait à se battre, comment te fuir, comment t'oublier puisque tu es venu fer rouge pour en moi te graver.
Comment faire, puisqu'avant la chute, je sais déjà cet amour éventré.

photo_003

Posté par sucrine à 20:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Je reve le jour

    Le dessin n'est bon que si le modèle est inspirant, vivifiant, à défaut(s) d'etre parfaite.

    Posté par ///, 13.03.08 à 23:06

Poster un commentaire