In the nervous light

description courte?

03.08.08

En pliant, les histoires solides ont décuplé et dans la limite je noie la raison. Sans y convenir, tout prend place marée hautaine, et de ces quelques visions émerge une faille sentie Ohm, sans chemin j’ai dessiné son visage avant l’autre nuit et plus tard quelques brèves.

 

 

 

Ces histoires sont insectes rampants des soirs de rivage, en mers calmes elles grappillent des centimètres. Pour les reconnaître, il suffit d’un instant, le cœur en lampadaire sombre, d’une lumière bleue et de quelques grammes.

Mais il faut y faire attention, elles baissent la garde et attaquent au tendre de la nuque, puis, après avoir suinté en chaque nerfs, retournent d’où elles viennent, laissant mies atrophiées.

 

 

 

 

Sur une table il faut ouvrir la plaie inceste; celui qui ria tous Laïos et devint chair sexuelle doit être amoindri, quelques gouttes d’acides suffisent, le sucre termine toujours les affaires, à la nuit tombée le caramel dissolve tout en poudre grisante, à souffler au bon moment.

Mais après ces plaisirs meurtriers il faut prendre garde aux miroirs et aux portes, tous deux s’enfoncent souvent neurones et claquent en chœur pour désaxer l’ensemble.

Posté par sucrine à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire