In the nervous light

description courte?

05.03.09

Perdure.

En espace autant qu'en vide, symbiose altérée d'un simple son qui dévie, griffant tympan et offre de soi.
Rien qu'un espace, il supplie, une boite entre deux temps, deux scènes simplement en rien car les choses s'écourtent et laissent transparaitre.
Au fil dansant plume de fumée, les graines s'assemblent et tournent sans ciller puis fixent narquoises les yeux sous les airs. Attendre, toujours, espérer une faille ou que le système disparaisse, avant de partir en d'autres lieux encore, plus tard.
Il s'agit d'un temps impossible à contrôler, les mains s'écartent mais n'englobent rien, pourtant on dit réel contrôlable mais seul le vent répond, il faudrait tellement de boites pour entourer. Aucune emprise, les terres sont murs et se dressent sans coupable tout petits autour de toi, s'empilent et écrasent visages ou paroles, ne laissent aucune place et s'éternisent. Et comme cela de mornes heures se débattent sans poursuivre avant, statiques, dressent tout sauf la voix.

« Please be well »

Posté par sucrine à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire