In the nervous light

description courte?

29.06.09

29 juin

La chambre est morte, fracturée de travers par trop de pas et de désertions. Les murs circonflexes semblent maintenant toucher le sol, les écritures déteignent, laissant à la lumière une ombre éparse et claire.
Tous les angles sont habités de toiles et l'odeur des tissus semble lasse.
Dans la lourde atmosphère du dernier soir, quelque chose dans l'air semble dire aurevoir, pince au cœur puis au nez, il semble bien que le départ sente.
Ainsi donc, à la fin, il faut voir, quand tout est vide et que seul le soleil fait place, relire chaque notes et chaque mois qui ne sont finalement, que quelques inspirations sèches comme  secondes.
Après l'inventaire, la synthèse,
bientôt d'une seule vue ne restera que cette image, sans l'odeur ni le son et  tout aura disparu.
Finalement, point de faille ni d'orages sans toit, les draps étaient donc inutiles.

Au fond, tu sais que c'est moi qui gagne.

Posté par sucrine à 01:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire