In the nervous light

description courte?

13.04.06

Quelqu'un te l'aurais dit, alors: MARION EST MORTE.
Posté par sucrine à 12:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13.04.06

Elles m'ont dit, fermes, il faut arrêter les cris et de parler à tout va ces choses là ne se disent pas, elles m'ont presque secoué pour me faire avaler leurs langues : cessez d'etouffer j'ai chialé. Alors comme un visage à la mer, je t'ai laissé me dépasser. Mais vois tu je ne suis plus de ces bovines viperes, je ne rumine plus venin d'yeux verts, alors peut etre faudrait il te pardonner.Et cesser de souhaiter ta mort que j'irais chialer sur ta tombe toute seule l'été quand tu ne me fondrais presque plus.Peut etre faudrait il te... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09.04.06

Il ne faudrait pas non plus nous laisser prendre à votre jeu ironique, famille d'encerclés j'entends encore du haut de vos escaliers remparts en feu et coeurs brisés, j'entends encore vos maux cassants vos rires absents et vos faux sourires qui brisaient votre ridé visage en deux.Vous m'avez pour ainsi dire mis la dague au froid sans me demander ni l'avis ni l'endroit.Alors que faire. Pour cramer votre campagne desséchée votre cou veineux et vos dents qui tombent d'avoir trop grincé ?Je n'ai qu'à courir, vous comprenez, ça REMUE LA... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07.04.06

+ 3 jrs et autres cachotteries instables.An other world is impossible.
Posté par sucrine à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04.04.06

Je vous serais reconnaissante de me laisser crier, encore, par delà les chaumières, les fleurs et tout votre attirail nacré poussière de lune et autres tapis gorgé de crasse. Je voudrais m'y décrotter les pieds vous vomir encore pour que CELA CESSE et que plus jamais je n'apperçoive du coin de l'oeillère roue de fortune, ce n'est pas une spirales décadente, c'est pire. Encore faudrait il que j'ose dire les choses en glorieuse colère, en mots qui sonnent qui ne font pas qu'un bruit mesquin, encore faudrait il que je vous dise les mains... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30.03.06

Ici j'ai brisé l'ardoise et le feutre ne m'a collé que la main.Nous n'avons fait que fuir esquinter nos silences décharnés, il nous aurait fallu un peu plus de temps, du vide à combler, des voix à inscrire, nous enfermer [...]. Je vais te parler de tout ce qu'on va oublier. Nos morts proscrites nos cris en foule nos heures en nuit et quelques bruits volatiles le matin et peut être même nos ronds dans l'eau vaguelettes infirmes sur nos mains des bruits incertains au fond de nos.Il faudrait lever les rideaux sur nos gorges n'avoir... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 12:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27.03.06

Je ne vous ai pas dis, monsieur, les larmes et les couteaux brulants dans mes veines. Et les bruits qui remontent toujours sous mes couches en masse je ne vous ai pas dis les soirs d’étés, les pluies brulantes sur mes joues, les herbes folles et le cœur en masse. Pourtant vous auriez pû hocher la tête mais ce sont mes balafres sur vos mains, ce sont mes notes de froid dans vos oreilles je n’ai pas encore Tourné Le Fond. Vous avez maché ma haine au fond de moi mais que faut il faire Pour qu’il disparaisse. ... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 12:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16.03.06

Faut il se soulever de brillance accrue pour se retrouver enfin entre quelques miroirs acérés ?Au creux des dunes ombragées qui mettent douceur dans une monotonie de gâchettes, S'expirer, s'expier et fondre dans une totale absurdité : mettre au fond de tout rage funambule, râles célestes,Et s'asseoir, se vautrer dessus comme on broie des la(r)mes.Faut il fuir encore ? Se rouler au parterre sanglant, et laisser douce folie s'échapper,Scolopendres ventraux grouillant à foison et veritables hommes-nifères journaliers.Faut il se garder,... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15.03.06

Je me coffre-fort m'encastre murale et fait couler entre mes doigts long béton las j'ai promis : je ne bouge plus j'attends la bonne saison.Le bon air n'y fait rien me voici donc lasse et ficelée j'ai perdu le prince charmant aux fusil acéré qui dé/renoue les liens, voyez vous je recrache azote et danse sur la lame et coupe toute parcelle de peau manque de.Il faudrait peut être tout grâcier, tout offenser avec bouche en V, tout dire vous dire TE dire, conter fable d'automne sans maux, explorer chaque parcelle de glace mais je n'ai... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12.03.06

J'ai l'crâne léger et j'ai perdu mes mots dans l'escalier. TRY AGAIN.
Posté par sucrine à 13:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]