In the nervous light

description courte?

24.05.07

ma vie selon lui
Posté par sucrine à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24.05.07

Frapper le flan, la chair au brut vivant qui m'exaspere, vivre à travers quelques images desossées par le temps, je bat la cadence avec mes nevroses charnieres je rigole quelques fois pour ne plus sentir le froid qui monte le long des intestins je tord le tout pendant quelques secondes qui s'échappent aussi vite que nous. Desosser le tout l'âme et le néant, arracher au corps ce qui ne m'interesse plus le bouclier incertain des petites filles violées par les hommes sensibles le visage en boule de noel s'accrocher aux branches comme une... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24.05.07

Talking with you doesn't interest me (ritournelle aux amis déç(h)us)

Asseoir.Tirer trait détourné sur le vivant, détrousser au fond ce qui sert de forme avant de succomber entierement.Vous expliquer.. Il y a dans mon insistance la part de vitriol débonnaire, l'intérieur brutalise le reste les images dansent toujours trop vite autour de moi il y a dans mon inexistance quelque chose qui pourrit l'intérieur je ne m'appartiens plus, pas plus qu'à vous.Couverture jetée cadavres expulsés sous la terre je pose l'entiereté du corronaire defectueux, sans aucun regret je pose l'ancienne par terre pour... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09.05.07

café salé & gorge de bois

Je ne vous entends pas.Il y a entre mon vide et moi même des milliards de bornes impossibles à franchir je vous ai hurlé la bile a l'oreille longtemps pour voir si cela changerai quelque chose et je pensais que tout cela serait invincible mais voyez vous je me suis trompée.Il y a en mon intérieur le poison interne qui m'ébouillante sans cesse alors il faut boire le miracle l'invisible salvateur et bien entendu parfois se tremper.Mais je n'ai pas peur vous savez il suffit d'écorcher le mur et la douleur s'envole de suite il suffit de... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08.05.07

Putain sur quatres articles à la suite je répète que je suis morteLa méthode couet sert donc seulement à torcher les aveuglesà bon entendeur
Posté par sucrine à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04.05.07

J'me suis ébouillantée dans le cube.J'ai craché dans ma soupe.Toute  entièré-rieur brute.
Posté par sucrine à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25.04.07

" = les deux traces de freinage avant la collision finale "

Je regarde les photos de l'homme qui m'a aimé.Je regarde les photos du second homme qui m'a aimé. Voire le dernier.Je regarde le vide entre mes lignes décousues, je tisse le fil de l'improbable cruauté vivant en mon intérieur.Je regarde à l'instant T ma vie défiler les sons déboussolés je ne ris pas plus de tout ça qu'avant, finalement.Je regarde le soleil qui ne vient toujours pas les mains dans les poches mes jambes restent flasques, surtout au vent.Je regarde.Je me souviens, aussi, parfois.Des rires comme des sons de craie crissée... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 20:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24.04.07

Gla(s)

Je ne crois en rien, l'histoire se réitere sans cesse dans les étoiles je ne trouve rien de plus que de la poussière et l'ivresse est un mal nécessaire, ma production s'échaffaude à un magnifique vide pointé je ne marche plus dans les rues, je cherche au sous sol ce qu'au fond je ne trouve plus, et il faut bien sur se rendre à l'évidence, j'ai collé ma bouche au mur, me voici agonisante à son pied. Je ne crois en rien, la vérité reste toujours aussi proche du soleil , et je n'attends rien de plus des jours à venir que des mots... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 21:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17.04.07

Mon ventre est pleinMon coeur videEt L'aversion reste écrasante.Je suis morte et vous, vous êtes ici.tellement loin.
Posté par sucrine à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13.04.07

La fine pluie bruine à nos côtés, frêle et pâle eau tombée d'un incertain bien trop haut. Elle clapote à la surface, éclatée à l'asphalte, Passer au travers se révèle être un peu plus complexe que prévu, car entre deux gouttes, il y a l'air, irrésonable oxygène, impitoyable molécule d'asphyxie. La fine pluie résonne au creux de notre instable intérieur, vient transpercer le globe oculaire : Quand l'infidèle danse, nos ennemis  font les rois. Sous la grise incertitude, un morceau de corronaire survit, quand les autres... [Lire la suite]
Posté par sucrine à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]