In the nervous light

description courte?

19.01.08

De l’autre fois, les dés étaient insipides, l’étreinte molle et le cœur en gravillons, de l’autre coté seulement des orages et pourtant vient le temps des regrets.

Installation en somme, l’aile décolorant l’oxygène, le sentier battu et les pas chassés entre deux airs, quelques ricochets somatiques, des instants gagnés, et maintenant seulement la place au jamais.

Qui y avait il donc, et dans quel état ?

Mon temps à moi, dans cette hâte débonnaire, chavirant oscillations ventrales, de la nuit au balcon et des esquisses de toi sur les bas planchers.

Autrement dit, dans l’autrefois, quelques paillettes jetées au vent, le toucher-murmure, l’effleurement malhabile et les petites chansons crachotées au loin, il y avait la fuite apaisante, des cheveux longs et des portraits à l’envers, il y avait tout ce rêve, limpide et soyeux, gonflé de part en perdition, brises orangées dans les jupes fanées ; faut il alors embrasser encore ces minutes perdues au goémon, une dernière fois, avant que la faille vienne à se briser, pour ne plus jamais rien effacer ?

Posté par sucrine à 18:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire